Depuis - allez - quelques mois, dans les entreprises, les collectivités, on commence à comprendre que s'occuper du web et de ses multiples composantes - réseaux sociaux, technique, mises à jour, etc. - est un métier. Un vrai, comme dentiste, charcutier, assureur,... bref : un métier.

A de très-trop rares exceptions près, il est intégré quasiment partout aujourd'hui que l'on ne s'improvise pas "webmaster" ou "webmanager" (les deux termes sont aussi tartignoles l'un que l'autre) et que tout ceci est désormais confié à des professionnels qui offrent des garanties, des références concretes et avérées en la matière.

C'est un immense soulagement.

Pour celles et ceux qui - comme moi - et depuis bien des années (1997 pour votre serviteur) oeuvrent au quotidien pour acquérir non pas des lettres de noblesses ou une gloriole quelconque, mais bien la reconnaissance professionnelle d'un métier.

Tout n'est pas encore gagné et il reste encore à structurer la profession - notamment par le biais de formations et d'examens/cursus universitaires en bonne et due forme - mais je constate de plus en plus que ça y est : pour s'occuper du web, on fait confiance à des gens dont c'est le métier.

Quoi de plus normal, après tout ?

Qui irait se faire soigner une molaire chez son boulanger ?