Je vois poindre à l'horizon une vague bien menaçante : elle est technologique.

L'Internet et tout ce qui lui attrait (portable, téloche, SMS, GPS et consort) sont en train de mettre le bordel dans nos vies. Le citoyen qui prétend que son quotidien n'est pas "impacté" par les technologies est un fou ignorant. Qu'il soit pêcheur ou paysan ne change rien à l'affaire (j'oubliais les OGM et les bio-technologies qui sont liés à cette mutation profonde).

Car le coeur du propos est là et bien là : la micro-informatique connectée est un changement de civilisation. Une révolution analogue à l'invention de la roue ou du feu. Une mutation en profondeur à l'échelle de l'humanité. La globalisation est la conséquence directe de l'informatique connectée, et non du Saint-Esprit.




Michel Serres - Socrate d'aujourd'hui - nous éclaire sur le chemin à emprunter : "Avec le changement de support, tout va changer: le savoir, le sens, la tête humaine, comme à l'époque de la diffusion de l'imprimerie". Lorsque le cerveau se débarrasse de certaines charges, il se libère pour d'autres. La mémoire libérée par l'imprimerie à l'époque de sa diffusion, a permis d'inventer la physique, un peu comme les mathématiques à l'époque de l'écriture. Cela se compare à l'évolution de l'homme vers la station debout. Ses pattes de devant désormais libres pour la préhension, sont devenures des mains, libérant ainsi la bouche de cette tâche. L'homme a alors pu se mettre à parler. Ce changement de sens était imprévisible.

Je crois donc que l'avancée prodigieuse des techniques actuelles, n'est pas historique mais hommienne, pas de l'ordre de l'histoire mais de l'évolution".

Tu comprends mieux pourquoi j'ai appelé cet article "Tsunami technologique", non ?

La Bio de Michel Serres